Echappé des réserves : Les porcelaines de Sèvres prolongé jusqu’au 20 septembre 2022

Le MAAP propose un Echappé des réserves consacré aux porcelaines de Sèvres. Une présentation de céramiques précieuses provenant de ses réserves à voir jusqu’au 20 septembre 2022

En 2021, le musée a récolé ses collections de céramique. Parmi celles-ci, 60 œuvres sont issues de la Manufacture de Sèvres, dépôts de l’Etat en 1887 et 1936. Le musée possède par ailleurs un très joli service à café de la manufacture de Vincennes, « ancêtre » de la manufacture de Sèvres. Un choix d’une vingtaine de pièces fait l’objet de notre échappé des réserves. Celles-ci montrent la diversité et la dynamique de cette manufacture qui fait régulièrement appel à de grands artistes pour orner ou concevoir des pièces qui seront exportées dans le monde entier.

La Manufacture de Vincennes est fondée, en 1740, grâce au soutien de Louis XV et de Madame de Pompadour, afin de concurrencer les productions de Chantilly et de Meissen. En 1756, la Manufacture est transférée à Sèvres dans un bâtiment construit à l’initiative de Madame de Pompadour .Le kaolin à l’origine de cette fabrication a été découvert à Saint Yrieix près de Limoges. Le ministre Bertin, originaire de Périgueux et ami de « la Pompadour », attentif à cette découverte a contribué à l’essor de la porcelaine en France.

Cette entreprise d’Etat est un laboratoire unique, vivant et un acteur important de la scène artistique, du design et des arts décoratifs.

 À la fois fabrique de la transmission, garante de la sauvegarde de ses savoir-faire et de la diffusion la plus large des connaissances sur l’art céramique, mais aussi laboratoire de création de haute-facture à travers sa capacité à innover dans sa production de porcelaine depuis près de trois siècles, c’est une institution publique atypique et unique qui préserve tradition et modernité dans un juste équilibre.

Parce qu’elle a toujours été un lieu de création et de production de son temps, la Manufacture expérimente de nombreuses pistes de recherches, de collaborations artistiques et de diffusions de ses œuvres et contribue ainsi à l’évolution des styles. Depuis le 18e siècle de François Boucher à Giuseppe Penone en passant par Rodin, Jacques-Emile Ruhlmann, Jean Arp, Ettore Sottsass, Louise Bourgeois ou Pierre Soulages, la Manufacture offre un champ fertile de possibles où se conjuguent et se nourrissent mutuellement savoir-faire des artisans et imagination et talent des artistes. Le MAAP présente une tasse de Ruhlman et l’ours de Pompon.

Aujourd’hui, quelques milliers de pièces sont produites chaque année, attribuées pour une part aux grands corps de l’État (Palais de l’Elysée, Hôtel Matignon…), pour l’autre, commercialisées dans ses galeries à Sèvres et à Paris ou à l’occasion de salons d’art tels que la Fiac, le Pavillon des Arts et du Design à Paris et à Londres ou la Brafa à Bruxelles.

Parmi les pièces de table éditées pour l’Elysée, l’un à la fin du 19e et l’autre à la fin du 20e se trouvent exposées les assiettes dite « Pimprenelle », et celles bleu et blanche conçues par Etienne Hajdu.

< source : sevresciteceramique.fr