Echappé des réserves #11 – La chabrette XVIIIème siècle

Echappé des réserves #11 c’est parti jusqu’au 2 octobre pour et rien que pour vous chers visiteurs 😉

Pour la 100ème édition de la #Félibrée qui a lieu les 5, 6 et 7 juillet à #Périgueux, votre #maap sort « sa » chabrette des réserves.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Collectée en 1840 dans les campagnes du #Périgord, la chabrette (« chabreta » en occitant limousin) est un instrument remarquable, joué par les chabretaires, du XVIIème au XIXème siècle. Elle s’apparente aux cornemuses du Centre de la France et du Massif Central.
Si les chabrettes partagent des caractéristiques communes (boitier à miroirs, hautbois à pavillon doté d’une clé, matériaux, décorations…), leurs origines géographiques les distinguent par leur conception, leur organoligie et leur technique de jeu.
La chabrette du Périgord possède des spécificités qui lui sont propres : petite taille donc tonalité aigüe, bourdon latéral à l’unisson du petit bourdon.
La chabrette est non seulement un instrument de musique mais aussi un véritable objet d’art renvoyant à une culture de poètes et de mystères.
Chaque pièce de bois est renforcée de bagues d’étain, d’os ou de corne. Les petits miroirs qui ornent le boitier donnent à l’instrument sa beauté.
Les airs joués sont souvent les bourrées à trois temps, la valse et d’autres danses plus spécifiques telles que la sautière.
Longtemps oubliée, la chabrette aujourd’hui fait partie des instruments traditionnels remis sur le devant de la scène. Des passionnés créent de nouveaux instruments, des écoles de musiques l’enseignent. On en joue désormais de Tokyo à Los Angeles.

Sources : souffler c’est jouer Famdt éditions
Wikipedia

Partager cette page :