Les « Coups de cœur » du MAAP

c de coeur 026

Les « Coups de cœur » sont 39 œuvres sélectionnées et incontournables qui vous permettent de faire une première exploration en 1 heure 30 des collections exposées dans les salles du musée.

Ce chemin initiatique vous permet un voyage constitué de cartels brefs et explicatifs ainsi que d’anecdotes relevant l’essentiel de chacune des œuvres.

Chaque semaine vous aurez la possibilité de découvrir une carte sur le site du MAAP.

Tel le Petit Poucet nous avons choisi de semer quelques cœurs à travers l’Histoire et le temps afin que vous puissiez trouver votre chemin culturel.

Bon voyage et à bientôt !

Coup de coeur n°1 –  Wlgrin de Taillefer

Le MAAP a naturellement dédié son premier « Coup de coeur » à Wlgrin de Taillefer, fondateur du musée.

fondateursCoup de coeur n°2 – Le Canaletto

Le Canaletto est une pièce maîtresse du MAAP tant par son histoire liée à la seconde guerre mondiale durant laquelle nombre d’oeuvres ont subi une spoliation mise en place par les nazis que par sa technique de peinture paysagère nouvelle au XVIIIème siècle. Un véritable régal pour les yeux.

 canaletto

Coup de coeur n°3 – Coffret à bijoux du XVème siècle

Ce coffret témoigne d’un parfait savoir-faire spécifique au Périgord. La métallurgie périgourdine présente depuis la Protohistoire fait preuve d’un travail tout en finesse et en singularité.

boîte à bijoux

Coup de coeur n°4 – La vitrine d’expérimentation du débitage de silex

 Afin d’entamer un voyage en préhistoire, il paraît évident et nécessaire de commencer par étudier la vitrine d’expérimentation du débitage du silex. Cette ensemble de silex montre la chronologie ainsi que l’industrie lithique dans la préhistoire.

vitrine levallois

 Coup de coeur n°5 – Le biface

Les bifaces présentés ici ont été trouvés en 1878, face au MAAP, au nord des allées Tourny, entièrement conservés. Cette découverte permet de conclure que l’atelier de fabrication où ils ont été confectionnés se trouvait a proximité du musée.

biface

 Coup de coeur n°6 – Le squelette de l’homme de Regourdou

Agé de 85 000 ans BP, le squelette d’homme de Néandertal est considéré comme étant le néandertalien le plus ancien de l’Europe du grand sud-ouest. Il fait partie des pièces magistrales de la collection préhistoire du MAAP.

squelette regourdou Coup de coeur n°7 – L’abri Blanchard

Cette rare représentation d’un bison ou un cheval épargnée par les intempéries tend à prouver l’existence d’autres peintures rupestres de plein air à cette époque. Cet abri, daté de – 35000 ans BP fait partie des pièces maîtresses de la collection Préhistoire du MAAP car aussi ancienne que la grotte de Chauvet.

abri blanchard

Coup de coeur n°8 – Le squelette de l’homme de Chancelade

Le squelette de l’homme de Chancelade est une pièce majeure du MAAP. En effet, aujourd’hui on compte seulement 10 squelettes fossiles découverts datant de la période magdalénienne.

chancelade

Coup de coeur n°9 – La Côte gravée

Cette oeuvre tire sa rareté de sa représentation. En effet, cette gravure permet de vérifier le constat que la représentation humaine préhistorique, à l’inverse de la représentation animale qui elle est fidèle et précise, demeure schématisée volontairement. Les raisons en demeurent cependant encore aujourd’hui obscures.

côte gravée

Coup de coeur n°10 – La pendeloque au bison

L’interprétation des gravures figurant sur cette pendeloque demeure mystérieuse.  Ce qui est certain, c’est que gravée d’un seul côté, la tête de bison représentée se trouve emmanchée sur une pique (conifère) de façon réaliste. Des reconstitutions en attestent.

pendeloque au bison

Coup de coeur n°11 – La rondelle

Cette oeuvre magdalénienne est une des pièces les plus mystérieuses du MAAP par son utilisation. En effet, une fois actionné d’avant en arrière le chamois gravé couché d’un côté et assis de l’autre se met à bouger. Serait-ce le premier thaumatrope de l’histoire ?

rondelle

Coup de coeur n°12 – L’appui-nuque

L’appui-nuque fait partie de la collection africaine du MAAP. C’est une des oeuvres les plus élégantes du musée. L’appui-nuque est un objet très personnel qui ne se prête pas. Associé aux rêves il peut renfermer des forces occultes.

appui nuque

Coup de coeur n°13 – Le masque Gelede

Le voyage en Afrique se poursuit par la découverte de ce magnifique masque Gelede. Sa rareté qui fait aussi sa beauté provient de la polychromie, avec des piments naturels, utilisée par les artistes du Bénin.

masque gelede

Coup de coeur n°14 – Figure de reliquaire mbulu ngulu

Cette magnifique figure de reliquaire formée de bois, plaque de laiton et de cuivre avec des rivets de fer contient les ossements des défunts les plus influents. Conservé et honoré, le mbulu ngulu est présenté lors d’un rituel spécifique aux jeunes initiés leur permettant ainsi de connaître l’histoire réelle ou mythique de leur lignage et de s’y inscrire.

mgulu

Coup de coeur n°15 – Bambou gravé

Continuons notre voyage et faisons étape en Océanie. Ce bambou gravé témoigne de la transmission des savoirs qui se fait par la parole et sur tout ce qui lui sert de support. A la façon de la bande dessinée les scènes de la vie quotidienne ici représentées sont de véritables « aide-mémoire » qui se passent de génération en génération.

bambou

Coup de coeur n°16 – Statues féminine et masculine dites figures d’ancêtres.

Aux iles Salomon, les rituels religieux sont centrés sur le culte des esprits ancestraux impliquant des crânes dont on reconstitue le visage avec une pâte végétale incrustée de nacre. Le terme d’ancêtre a ici une acceptation différente de la nôtre. Il ne désigne pas directement des aïeux biologiques mais plutôt mythiques.

océanie statuette

Coup de coeur n°17 – Ornement en cheveux humains.

Cet ornement en cheveux humains est une pièce rare. En effet, symbole de puissance, il constituait en Polynésie centrale le bien le plus précieux. Par conséquent, il demeura pendant longtemps inaccessible aux collectionneurs.

ornement cheveux humains

Coup de coeur n°18 – Andromède

Continuons notre voyage en empruntant le cloître du MAAP. Si celui-ci n’est pas d’origine mais belle est bien inventé par l’architecte en hommage au couvent St Silain il trouve son originalité dans la profusion d’oeuvres exposées à la façon des romantiques. Telle la princesse Andromède nous vous proposons d’arpenter cet écrin à ciel ouvert.

Andromède

Coup de coeur n°19 – l’Ange de Saint-Front

Ce fragment découvert en 1904 est une pièce rare. Il représente le seul vestige retrouvé du tombeau de Saint-Front sculpté par Guinamond de la Chaise-Dieu, en 1077.

Ange du cloître

Coup de coeur n°20 – Cuve de sarcophage

Cette très belle cuve de sarcophage sculptée en marbre des Pyrénées est un témoignage de la progression du christianisme en Aquitaine.

sarcophage

Coup de coeur n°21 – Pierre de Bourdeille

Continuons notre voyage et arrêtons nous devant l’une des rares représentations de Pierre de Bourdeille dit de Brantôme.

bourdeille

Coup de coeur n°22 – Catherine de Sienne

Catherine de Sienne est à l’origine du retour du pape d’Avignon à Rome. Représentée sur cette toile vêtue de l’habit blanc et du manteau noir de l’ordre féminin des dominicains, dont elle est la fondatrice, cette représentation nous renvoie l’image de la communion de Sainte Catherine avec le divin.

catherine

Coup de coeur n°23 – La Pierre de folie

Au XVIème siècle ce thème se manifeste à travers de nombreux écrits et oeuvres peintes. Depuis le XVème siècle on célèbre à travers fêtes et danses la Folie face à la Mort. Elle est associée à l’eau en raison de sa mouvance. Dans ce tableau c’est l’aspect satyrique qui domine.

extraction de la pierre de folie

Coup de coeur n°24 – Vierge à l’enfant

Continuons notre voyage en passant par la salle XVIIIème et arrêtons nous un instant sur l’oeuvre de Charles Antoine Coypel fils, petit-fils et neveu de peintres qui termina sa carrière comme peintre officiel du Roi et directeur de l’Académie. Ce tableau, typique du XVIIIème siècle, était sans doute conçu pour orner un oratoire. On constate que l’artiste développe ici sa science de la mise en scène.

coypel

Coup de coeur n°25 – Danaé

Le corps féminin dénudé de Danaé est tout à fait caractéristique de l’art galant de cet artiste appartenant à l’époque de Louis XV.

danaé

Coup de coeur n°26 – Le vieux pont sur le torrent

Artiste prolifique et très sur de son métier, Hubert Robert pouvait réaliser de grands tableaux avec rapidité et talent, ce qui émerveillait Diderot. Dans ce petit format on retrouve toutes les qualités de ce peintre et son goût pour l’architecture.

hubert Robert

Coup de coeur n°27 – Nature morte avec pommes, citron et raisins

Cette oeuvre caractéristique des natures mortes du XVIIème siècle s’adresse autant au sens qu’à l’esprit mettant en avant la préciosité des éléments symboliques représentés.

nature morte

Coup de coeur n°28 – Une âme au ciel

 Continuons notre voyage et pénétrons dans la salle XIXème du Musée. Arrêtons-nous un instant pour admirer l’oeuvre magistrale réalisée par William Bouguereau à la suite du décès de sa femme et de son dernier fils en 1877.

bouguereau

Coup de coeur n°29 – Caravane passant un gué

Cette oeuvre du XIXème siècle montre la finesse avec laquelle l’artiste retranscrit son amour pour l’Orient dont il est pétri depuis son plus jeune âge.

caravane

Coup de coeur n°30 – Madame Alfred Magne

Cette peinture de portrait en pied s’inscrit dans le grand genre du portrait qui prend son essor considérable sous le Second Empire. Cette très belle mise en page est digne des portraits de l’impératrice Eugénie par Winterhalter. Ce tableau ornait le vestibule d’entrée du château de Trélissac, construit par Alfred Magne et donné par Napoléon, son fils, à l’hôpital de Périgueux.

magne

Coup de coeur n°31 – Masques du théâtre Nô

Du bois enduit et peint allié au crin de cheval donne figure à ces masques du célèbre théâtre Nô. Importés de Chine au 8ème siècle, les arts du spectacle aboutirent au grand art du Nô au 14ème siècle. A cette époque la forme en fut définitivement figée. Le masque crée ainsi une distance qui impose l’écoute et suppose une gestuelle très particulière.

masque nô

Coup de coeur n°32 – Château en Périgord

Retrouvons-nous dans la salle 20ème consacrée plus particulièrement aux peintres du Périgord. Jean Cluseau-Lanauve est né à Périgueux, ses compositions, très claires et lumineuses, sont construites selon un système de lignes complexes s’entrecroisant, inspiré du postcubisme. Il réalisa de très nombreux paysages de son Périgord natal sur les mêmes principes particuliers et uniques.

cluseau

Coup de coeur n°33 – L’enterrement d’un enfant en Périgord

Née en Dordogne, Jane Poupelet a montré très jeune son attrait pour la sculpture. Après, un cour séjour à Péris, elle va à Paris travailler chez le sculpteur Schnegg où elle rencontre Rodin qui l’introduit dans les milieux avisés. Son talent est vite reconnu et cet « Enterrement d’un enfant en Périgord » lui vaut en 1904 une bourse du voyage.

poupelet

Coup de coeur n°34 – La flamme

Gilbert Privat, créateur infatigable, fera de la femme son éternel sujet. Formes arrondies, douceur du modèle et des expressions, grâce du geste, finesse des membres, délicatesse des visages aux chevelures nattées, tressées ou vagabondes. La flamme fait partie des oeuvres sensibles et libres de l’artiste.

privat

Coup de coeur n°35 – Le caricaturiste Sem sur l’hippodrome d’Ascot

L’oeil vif et le carnet de croquis à la main, Georges Goursat dit Sem est né à Périgueux. Célèbre caricaturiste, il contribue à la montée de nouveaux usages accompagnant les débuts de ce qui deviendra la communication visuelle.

sem

Coup de coeur n°36 – Noémie

Continuons notre découverte du Musée en plongeant dans la peau du sculpteur Etienne Hajdu.

Etienne Hajdu a réalisé des sculptures, bas-reliefs et hauts-reliefs en bois, marbre et onyx, bronze et plomb, aluminium et cuivre mais aussi des « estampilles » sur papier. Dès 1948, il fabrique ses premiers reliefs en cuivre martelé. En 1952, il commence à utiliser l’aluminium dans ses reliefs et réalise, entre 1953 et 1954, un grand relief en cuivre rouge martelé pour le lycée de Marseilleveyre. Le relief est une façon, pour Etienne Hajdu, de mêler sculpture et architecture. A partir de 1956, il décide de « sculpter » le papier en créant ses premières estampilles, formes creusées dans le papier où il peut jouer sur le rapport ombre/lumière sur la page. En 1965, il adapte ce procédé à la céramique pour la Manufacture Nationale de Sèvres.

Hajdu meurt à Bagneux le 24 mars 1996. Ses amis astrophysiciens ont nommé Hajdu, l’astéroïde 7316 découvert en 1973 et répertorié sous le numéro 3145 T.2 dans Astéroïdes Éphéméris.

Etienne Hajdu en un clic : https://www.youtube.com/watch?v=VH_kdjzjvSY

hajdu noémie

Coup de coeur n°37 – Sept colonnes à Mallarmé

Ces colonnes en résine sont un hommage à Mallarmé. De forme circulaire, sans début ni fin, elles sont à l’image des poèmes du poète.

hajdu colonneCoup de coeur n°38 – Demoiselle

Le dessin tient également un rôle important chez Hajdu, particulièrement dans les estampilles où le dessinateur et le sculpteur se rencontrent . La plupart de ces oeuvres sont lentement mûries à travers des études dessinées. Silhouette calligraphiée où le geste dessine à grands traits un profil féminin, au visage surmonté d’une chevelure compliquée, ce lavis fixe un équilibre entre les pleins et les vides qui trouvera dans la sculpture sa forme définitive. Très plate, délicatement percée à jour, la sculpture respecte en tout point l’esprit du dessin, même si la matière assagit les élans du pinceau. La rugosité, la tension du trait s’effacent pour laisser place à une surface lisse, qui accroche et renvoie la lumière, et dont la perfection appelle la caresse.

hajdu dessin

Coup de coeur n°39 – Force de vie

Nous terminons notre voyage à travers les oeuvres coups de coeur du Musée par « Force de vie » d’Etienne Hajdu car que serait l’art sans la vie et vice-versa ?

« L’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art. » Robert Filliou

En attendant de vous accueillir nous vous laissons sur ces pensées à méditer…

à bientôt

hajdu force de vie

Partager cette page :